- Introduction

 

- Histoire de l'Aviation

- Belles Photos Avions

- Les plus beaux avions

- Les profils

 

- Avions 14-18

- Attaques

- Chasseurs

- Ballons

- Bombardiers

- Hélicos

- Maritime

- Autres

- Planeurs

- Reco.Transp.Entrain.

- Spéciaux

 

- Avions 39-45

- Attaques

- Chasseurs

- Bombardiers

- Hélicos

- Maritime

- Autres

- Planeurs

- Reco.Transp.Entrain.

- Spéciaux

 

- Les Hommes

- As 14-18

- As 39-45

- Les Avionneurs

- Les Exploits

- Les Figures

 

- Divers

- Cocardes

- Décorations

- Emblèmes

- Grades

 

- Guerres mondiales

- Guerre 14-18

- Guerre 39-45

 

- Bataille d'Angleterre

- Une période décisive

- Les Avions

 

 

 

- Mitsubishi G4 M2 -

Bombardiers 39-45  beaux avions


 


 

Mitsubishi G4 M2 "Betty"

Quoique qu'il fut moins construit que le G4M1, cette seconde version du Betty va connaître un nombre de variantes beaucoup plus élevé.

Il apparaît à une époque où les alliés sont en lutte contre les Japonais pour obtenir la maîtrise de l'air et ne tarderont pas à l'emporter.

Dans ces conditions il fallut multiplier les tentatives pour renforcer la protection des Betty tandis que les augmentations de poids résultantes obligeaient à monter des moteurs plus puissants.

Bien que dépassé, le G4M2 restera en production jusqu'à la fin du conflit

Histoire

Le meilleur et le plus célèbre bombardier d'assaut utilisé par les forces aériennes de la marine impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale fut le Mitsubishi G4M opérant à partir de bases terrestres sur les théâtres d'opérations orientaux. Bien que la charge transportée ait été réduite et la protection de l'équipage et des réservoirs dramatiquement insuffisante, ses performances et spécialement son autonomie étaient spectaculaires.

La conception du G4M débuta en 1937 quand la marine émit un appel d'offres concernant un bombardier d'assaut naval destiné à remplacer le G3M de Mitsubishi qui venait d'entrer en service dans les unités engagées contre la Chine. Le nouveau type devait être propulsé par deux moteurs de 1000 chevaux, avoir une autonomie de 4 800 km et une vitesse avoisinant 400 km/h.

L'équipe de Mitsubishi sous la direction de Kiro Honjo se rendit rapidement compte que les performances requises ne pouvaient être atteintes avec une puissance aussi réduite et concentra ses études sur un monoplan très pur équipé de deux moteurs en étoile Mitsubishi Kasei de 1 500 chevaux.

L'une des lacunes principales du G3M était son manque d'armement défensif, ce qui fut résolu dans le G4M par le montage de cinq mitrailleuses de 7,7 mm et d'un canon de 20 mm. Malgré le volume considérable de carburant nécessité par l'autonomie conférée à l'appareil, les concepteurs prirent la décision de ne pas prévoir de blindage pour les réservoirs et l'équipage afin de gagner du poids.

Le prototype qui vola pour la première fois en octobre 1939 se montra rapidement à la hauteur des spécifications demandées, sinon au-dessus. Le type fut mis en fabrication presque immédiatement, mais en tant que chasseur d'escorte Mitsubishi G6M1 et non pas sous la forme du bombardier prévu.

Cette décision fut motivée par les pertes subies en Chine par le G3M, et le G4M fut modifié en conséquence pour devenir un chasseur. Les canons avant et de queue furent conservés, l'armement dorsal supprimé, les armes latérales remplacées par un canon de 20 mm et une gondole ventrale munie de deux canons identiques prit la place de la soute à bombes.

La production du G4M 1 ou Bombardier d'Assaut de la Marine Type 1 Modèle 11 démarra enfin en 1940, et les premières entrées en service intervinrent en avril 1941. Les G4M1 accomplirent des raids profonds à l'intérieur du territoire chinois où l'absence de chasseurs accrut d'autant leur efficacité. Les opérations initiales lors de la Seconde Guerre mondiale furent également payantes pour les G4M : parmi celles-ci, ces appareils prirent une part importante à la destruction du cuirassé Prince of Wales et du croiseur de bataille Repulse ainsi qu'à la conquête des Philippines.

Les combats menés sur des objectifs situés en Nouvelle-Guinée furent l'occasion de lourdes pertes causées par le déploiement d'une chasse adverse plus efficace. Pour remédier à cet état de choses, Mitsubishi produisit le modèle 12 (référence constructeur G4M 1 inchangée), avec des moteurs plus puissants, une protection rudimentaire des réservoirs et des systèmes d'extincteurs. En contrepartie, l'autonomie fut réduite de 320 km.

Des modifications ultérieures amenèrent un changement de désignation. Ce fut alors le type G4M2 ou Modèle 22 équipé de moteurs Kasei 21 de 1 800 chevaux avec injection d'un mélange eau-méthanol, d'un meilleur profilage, d'un armement amélioré, d'une capacité en carburant augmentée et de panneaux de soute à bombes. Ce nouveau modèle entra en production en juillet 1943. Les types 22 A et 22 B correspondaient à des améliorations d'armement.

Bien que cet appareil fût en passe de devenir périmé, le retard apporté à son remplacement entraîna de nouveaux développements. Il en résulta le type G4M2a ou Modèle 24. De meilleurs moteurs, dotés d'une consommation moindre, furent montés et diverses désignations apparurent, correspondant à des variantes d'armement. Les dernières versions eurent un radar de recherches maritimes installé dans le nez.

Une version moins nombreuse mais très célèbre du modèle 24 fut le G4M2e Modèle 24J chargé de transporter la bombe volante kamikase Yokosuka MXY7 Okha. La plupart des appareils 24J furent des conversions des bombardiers 24B et 24C.

Vers le mois d'octobre 1944, les G4M2 avaient remplacé tous les G4M1, relégués dorénavant à des missions moins importantes. Cependant les pertes au combat étaient très lourdes pour les deux types, et une nouvelle version fut mise au point.

Ce devait être le G4M3 ou modèle 34 pourvu d'une nouvelle voilure, de réservoirs auto-obturants, de blindages pour l'équipage, d'une tourelle caudale redessinée et d'un plan de profondeur en dièdre.

La production démarra en octobre 1944, sur une petite échelle, et le type G4M finit ainsi sa carrière militaire. Cet avion avait remporté des succès lorsque la défense adverse avait fait preuve d'une activité limitée, mais les pertes avaient été cependant très lourdes dès que les chasseurs alliés étaient devenus plus efficaces.

La dernière mission de guerre du G4M consista à transporter les plénipotentiaires japonais.

La production totale des G4M et des G6M atteignit 2 146 appareils.


Caractéristiques Techniques


Type

avion de bombardement, de transport et de largage d'armes-suicides

Moteur

2 Mitsubishi MK4T Kasei 25 à 14 cylindres en étoile refroidis par air donnant chacun 1 825 ch au décollage et 1 680 ch à2100m

Armement

2 mitrailleuses orientables Type 92 de 7,7 mm alimentées à 582 coups par arme dans le nez, 1 canon Type 99 Modèle 2 orientable de 20 mm alimenté à 270 coups en tourelle dorsale, 2 canons orientables Type 99 Modèle 2 de 20 mm à 270 coups chacun en position médiane et 1 canon orientable Type 99 Modèle 2 à 270 coups en tourelle arrière offensif : 1 000 kg de bombes maximum ou 1 torpille de 800 kg

Vitesse maximale

440 km/h à 4 600 m

Vitesse de croisière

315 km/h à 4 000 m

Vitesse ascensionnelle

8 000 m en 30 mn 24 s

Plafond pratique

8 950 m

Autonomie

6 000 km

Poids

8 160 kg à vide; 12 500 kg en charge

Envergure

25 m

Longueur

20 m

Hauteur

6 m

Surface alaire

78,13 m2

Equipage

7


 

 

 


Bombardiers 39-45  beaux avions

Fan d'avions © 16 Mai, 2001