- Introduction

 

- Histoire de l'Aviation

- Belles Photos Avions

- Les plus beaux avions

- Les profils

 

- Avions 14-18

- Attaques

- Chasseurs

- Ballons

- Bombardiers

- Hélicos

- Maritime

- Autres

- Planeurs

- Reco.Transp.Entrain.

- Spéciaux

 

- Avions 39-45

- Attaques

- Chasseurs

- Bombardiers

- Hélicos

- Maritime

- Autres

- Planeurs

- Reco.Transp.Entrain.

- Spéciaux

 

- Les Hommes

- As 14-18

- As 39-45

- Les Avionneurs

- Les Exploits

- Les Figures

 

- Divers

- Cocardes

- Décorations

- Emblèmes

- Grades

 

- Guerres mondiales

- Guerre 14-18

- Guerre 39-45

 

- Bataille d'Angleterre

- Une période décisive

- Les Avions

 

 

 

- Aviatik C III -

Chasseurs 14-18



Aviatik C III


Au cours de la Première Guerre mondiale, la famille des Aviatik constitua l'un des plus importants contingents d'avions militaires de l'arsenal aérien des Empires centraux.

Ces appareils étaient produits conjointement par l'Automobil und Aviatik AG d'Allemagne et par sa filiale l'Oesterreichische-Ungarische Flugzeugfabrik Aviatik (OUFA) de Vienne dans trois catégories principales:

B, pour les appareils de reconnaissance (habituellement non armés),

C, pour les biplaces de combat, dotés d'un armement avant et arrière, et

D, pour les monoplaces de chasse.

Histoire

Les biplaces armés

Lorsqu'il fit son apparition en 1915, l'Aviatik C.I ressemblait beaucoup aux séries B autrichiennes. Il était construit de la même manière, avec une ossature en bois recouverte de toile et des panneaux de duralumin à l'avant du fuselage. Doté d'un moteur Mercedes D.III de 160 ch, le C.l avait le pilote à l'arrière de l'habitacle et l'observateur à l'avant. Celui-ci disposait d'une mitrailleuse Parabellum montée sur un rail circulaire encerclant le capotage-moteur.

Cette solution ne procurait pas un champ de tir suffisamment étendu, car l'arme ne pouvait être raisonnablement transportée d'un côté à l'autre au cours d'un combat.

La disposition de l'équipage était également défectueuse; le champ de vision du pilote étant limité, l'appareil était totalement désarmé dans sa partie arrière. Il en résulta -comme dans la série B une permutation des places du pilote et de l'observateur, celui-ci étant muni d'une mitrailleuse installée sur un bâti circulaire Schneider.

Ces appareils, dénommés C.1a, entrèrent en fabrication vers la fin de 1915 chez Aviatik et à la Hannoversche Wagenfabrik. Une petite série fut pro­duite avec un moteur Mercedes-Benz Bz.lV de 200 ch sous le nom de C.II.

 Le modèle final fut r A viatik C.III de 1916, légèrement amélioré par rapport au C.la, avec le même moteur de 160 ch. Il pesait 100 kg de plus (1 337 kg) mais était beaucoup plus rapide (161 kmjh, contre 143 km/h pour le C.II). Construit à un petit nombre d'exemplaires seulement, il était grandement apprécié de ses équipages pour sa maniabilité et son armement (deux mitrailleuses Parabellum). L'A viatik D.I fut le premier et le plus important chasseur monoplace de !'aviation austro-hongroise.

Conçu sous la direction de l'ingénieur en chef de la OUFA, Julius von Berg, il était communément désigné comme le « chasseur Berg », ou Berg D.I. A l'exception des mâts et de l'empennage, l'appareil était construit en bois, avec un fuselage recouvert de contre-plaqué.

L'habitacle était situé à l'aplomb du bord de fuite du plan supérieur, et le pilote disposait d'une bonne visibilité aussi bien au-dessus qu'au-dessous de la voilure. Entoilée, celle-ci avait une épaisseur relativement faible, d'où sa fragilité, qui fut la cause de nombreux accidents au cours de manreuvres violentes.

Autre inconvénient, la tendance du moteur Austro-Daimler à chauffer exagérément: il n'est pas rare de trouver des photographies de chasseurs Berg volant le capot-moteur supérieur parfois même les panneaux latéraux -déposé, afin d'améliorer le refroidissement du moteur. Le prototype dénommé « série 30.16 » fut présenté au début de l'année 1916, mais le premier appareil de série, désigné 30.21, n'apparut, dans sa forme définitive, qu'en 1917.

La production des Aviatik D.!se poursuivit au cours de l'été 1917. Finalement, sept cents exemplaires furent construits par les firmes Aviatik (série 38, 138, 238 et 338), Thone und Fiala (101), Lohner (115), MAG (92) et WKF (84, 184, 284 et 384). Les premières séries étaient équipées de moteurs de 185 ou 225 ch, mais le moteur standard Austro-Daimler fournissait 200 ou 210 ch et donnait à l'appareil une vitesse maximale de 185 km/h.

L'armement posa un certain nombre de problèmes: les premiers exemplaires étaient dotés d'une unique mitrailleuse Schwarzlose de 7,92 mm, installée au­dessus du plan supérieur, mais la totalité des appareils produits ultérieurement avaient deux mitrailleuses synchronisées, montées le long des cylindres du moteur, à !'extrême avant; le pilote ne pouvait en atteindre la culasse afin de les débloquer en cas d'enrayage.

Les performances de l'Aviatik D.! étaient jugées bonnes, même si la plupart des pilotes de chasse austro-hongrois préféraient voler sur les Albatros construits en Autriche ou encore sur les Hansa­Brandenburg D.I Après la guerre, quelques Aviatik furent dotés de moteurs de 300 ch et terminèrent leur carrière au cours des années trente dans divers aéro-clubs.


Caractéristiques Techniques


Type Biplace de combat 
Moteur un Mercedes D.lll en ligne de 160 ch (119 kW)
Armement 2 mitrailleuses Parabellum de 7,92 mm fixées sur des rails de chaque côté du poste avant
Vitesse maximale

160 km/h

Vitesse ascensionnelle 4 m/s
Plafond pratique 4 500 m
Autonomie

3 h

Poids à vide, 980 kg ; maximal au décollage, 1340 kg
Envergure

11,80 m

Longueur

8,08 m

Hauteur

3,25 m

Surface alaire

35 m2

Equipage

2


 

 

 

 


Chasseurs 14-18

     Fan d'avions © 16 Mai, 2001