- Introduction

 

- Histoire de l'Aviation

- Belles Photos Avions

- Les plus beaux avions

- Les profils

 

- Avions 14-18

- Attaques

- Chasseurs

- Ballons

- Bombardiers

- Hélicos

- Maritime

- Autres

- Planeurs

- Reco.Transp.Entrain.

- Spéciaux

 

- Avions 39-45

- Attaques

- Chasseurs

- Bombardiers

- Hélicos

- Maritime

- Autres

- Planeurs

- Reco.Transp.Entrain.

- Spéciaux

 

- Les Hommes

- As 14-18

- As 39-45

- Les Avionneurs

- Les Exploits

- Les Figures

 

- Divers

- Cocardes

- Décorations

- Emblèmes

- Grades

 

- Guerres mondiales

- Guerre 14-18

- Guerre 39-45

 

- Bataille d'Angleterre

- Une période décisive

- Les Avions

 

 

 

- Douglas Boston -

Attaque 39-45


cet avion a participé à l'opération "Oyster" le 6 décembre 1942

Bombardement de jour et à basse altitude de l'usine Philips d'Eindhoven

l'avion faisait partie du 107 sqn

il y avait 4 membres d'équipage

f/s(Pilot) G.E.T Nichols

sgt(Nav) R.J.Hathaway

sgt(wo/ag) L.H.R Osborne

sgt (wo/ag) W.J.Leslie

ils furent tous blessés lors de l'atterrissage sur le ventre à Great Massingham

l'appareil avait été fortement endommagé par la flak

 


 

 

 

Douglas Boston

Le Douglas A-20 était  appelé Boston par les Britanniques, et fut engagé sur tous les théâtres d'opérations de la seconde guerre.

Même s'il n'était pas l'un des plus grands avions de son époque, ce bimoteur triplace contribua néanmoins pour une bonne part à la victoire alliée.

Histoire

Les avions d'assaut des séries Douglas A-20 n'ont pas connu la gloire des légendaires de Havilland Mosquito britanniques et des Junkers 88 allemands. C'était pourtant un remarquable appareil, qui mérite plus d'attention qu'il n'en reçut jamais, pour ses qualités d'avion de combat puissant et polyvalent.

La conception du Douglas Modèle 7A, qui fut à l'origine du développement des différents A-20, commença en 1936, à l'initiative d'une équipe dirigée par Ed. Heinemann. Sans attendre une demande officielle, Douglas anticipa les besoins de l'armée en matière de bombardier d'assaut à hautes performances et décida de mettre un avion de ce type en chantier.

Le prototype de cet appareil, désigné Modèle 7B, fit son premier vol en octobre 1938 et suscita un intérêt immédiat... de la part de la France. Douglas révisa son projet en fonction des demandes françaises et produisit le DB-7, dont le prototype vola pour la première fois en août 1939.

La France commanda 105 avions de ce type mais très peu d'entre eux furent utilisés en opérations, pendant la retraite de mai et juin 1940. Quelques appareils purent se réfugier en Grande-Bretagne avec leur équipage, et le solde des commandes françaises fut livré à la RAF. En service outre-Manche, le DB-7 fut rebaptisé Boston I et II, le premier étant un appareil d'entraînement et le second un bombardier.

A la même époque, l'USAAC commanda d'importantes quantités des deux dérivés du DB-7 : 63 bombardiers d'assaut A-20 et 143 A-20A modifiés. Le premier type était propulsé par deux moteurs en étoile Wright R-2600-7 à turbo-compresseur, et sa vitesse était de 625 km/h, la plus élevée de toutes les versions de A-20.

Cependant, ces avions ne devaient pas être utilisés pour les missions initialement prévues : 60 d'entre eux furent convertis en chasseurs de nuit P-70, avec un radar britannique installé dans un nez non vitré et une batterie de quatre canons sous le fuselage.

Trois autres furent transformés en appareils de reconnaissance photo F-3. En revanche, les A-20A remplirent les missions prévues. Ils avaient reçus des moteurs non suralimentés R-2600-3 et, bien que plus légers que les A-20, n'atteignaient que 560 km/h. L'armement fut augmenté d'une mitrailleuse de 7,7 mm à l'arrière de chaque fuseau outre les quatre armes tirant vers l'avant, les deux mitrailleuses dorsales et une ventrale standard. Cet avion portait également 1 170 kg de bombes.

Pour les caractéristiques essentielles, le A-20A était semblable au Boston 111 britannique, qui fut commandé par la RAF en grande quantité. L'US Navy réceptionna également un A-20A, sous la désignation BD-1, et huit A-20B, sous la désignation BD-2, dépourvus d'armement.

Seul le prototype XA-20B fut construit pour l'armée : cet avion reçut des mitrailleuses de 12,7 mm jumelées en tourelles de nez, dorsale et ventrale. Les A-20B de série, dont 999 exemplaires furent fabriqués, étaient en fait d'une conception plus ancienne que celle des A-20 ou A-20A, car ils constituaient la version américaine des DB-7A destinés à la France. Les DB-2 de la marine en découlaient également. Les moteurs étaient des R-2600-11 et le fuselage avait 12 cm de plu§ en raison d'un nouveau dessin du vitrage avant. Malgré sa mise au point antérieure, l'A-20B ne fut commandé que vers la fin de 1940.

Il faut noter qu'à cette époque, les Britanniques avaient produit cinq versions du Boston, sous l'appellation Havoc, destinées aux missions nocturnes : le Havoc I « Intruder », le Havoc II doté d'un nez tôlé contenant 12 mitrailleuses de 7,7 mm, le Havoc III de chasse de nuit, le Havoc IV « Intruder » et le Havoc « Turbinlite » équipé d'un projecteur de recherche des bombardiers allemands.

Le modèle suivant, le A-20C, fut le premier avion de ce type qui combattit aux mains des Américains. Fondamentalement semblable au Boston III anglais, il fut produit à partir de 1941 pour un total de 948 exemplaires. Il était propulsé par deux moteurs en étoile R-2600-23, de 1 600 chevaux, mais en raison de l'accroissement du poids porté à 11 600 kg, la vitesse était réduite à 547 km/h.

Les deux armes logées dans les fuseaux moteurs furent abandonnées, mais un dispositif d'accrochage d'une torpille de 900 kg fut monté sous le fuselage. Il ne fut produit que 17 A-20E, tous par conversion des A-20A aux caractéristiques des A-20B et propulsés par des moteurs en étoile R-2600-11.

Le modèle suivant, le XA20F, essentiellement un A-20A transformé pour recevoir un canon de 37 mm dans le nez et deux mitrailleuses de 12,7 dans chacune des tourelles dorsale et ventrale, ne fut fabriqué que sous la forme d'un seul prototype, tandis que le type A-20D était abandonné.

Construit à 2 850 exemplaires et en plusieurs versions, le type A-20G fut le plus nombreux des avions de cette série. La première avait un nez tôlé contenant quatre canons M2, deux mitrailleuses de 12,7 mm, et une seule arme en position ventrale et dorsale; 11 y eut ensuite un modèle avec six mitrailleuses de 12,7 mm dans le nez et, enfin, une version dotée d'un fuselage élargi pour recevoir une tourelle dorsale Martin contenant une paire de mitrailleuses de 12,7 mm, des attaches inférieures d'ailes permettant l'accrochage de 900 kg de bombes supplémentaires et un réservoir largable sous le fuselage qui donnait plus de dix heures d'autonomie.

Mais son poids supérieur (13 500 kg) réduisit la vitesse à 507 km/h. Essentiellement identique, le A-20H, qui fut construit à 412 exemplaires, était équipé de moteurs en étoile R-2600-29 de 1 700 chevaux, qui portèrent la vitesse à 515 km/h. Les deux versions finales, le A-20J et le A-20K, furent produites respectivement à 450 et 413 exemplaires pour répondre aux demandes portant sur D'amélioration des aides à la navigation et au bombardement.

Ces deux modèles qui s'inspiraient des A-20G et A-20H furent désignés par la RAF Boston IV et Boston V. Tous deux avaient un nez monopièce en perspex, plus long de 18 cm. En tout, 7 385 appareils furent construits avant la fin de la fabrication, qui intervint en septembre 1944. Les Boston de la RAF devaient accomplir de nombreux raids sur la France occupée en bombardant, de jour, des objectifs particulièrement difficiles.

Les avions des séries A-20 jouèrent un rôle important dans la guerre, servant non seulement les forces américaines mais également celles de la France, de la Hollande, de la Grande-Bretagne et de l'U.R.S.S. Cette dernière devait largement employer à des missions d'assaut les 3 000 avions de ce type qu'elle reçut. Le Havoc, selon la terminologie militaire américaine, fut un appareil robuste et maniable, pourvu d'une bonne puissance offensive à base de bombes, de torpilles et de mitrailleuses et doté de bonnes performances.


Caractéristiques Techniques


Type bombardier léger
Moteur

2 Wright R-2600-A5BI de 1 600 ch

Armement 8 mitrailleuses de 7,7 mm , charge offensive, 900 kg
Vitesse maximale

490 km/h

Vitesse de croisière 440 km/h
Vitesse ascensionnelle

3 000 m en 7 mn 6 s

Plafond pratique

7 900 m

Autonomie

1 640 km

Poids 11 340 kg en charge
Envergure

18,69 m

Longueur

14,40 m

Hauteur

5,36 m

Surface alaire

43,11 m2

Equipage

3


 

 

 


Attaque 39-45

Fan d'avions © 16 Mai, 2001